Musée du Désert

Accueil > Le Musée > Activités de l’été > Activités de l’été 2022

Activités de l’été

Activités de l’été 2022

L’ÉTÉ 2022 AU MUSÉE DU DÉSERT

Situé à proximité d’Anduze, au cœur des Cévennes méridionales, le Musée du Désert est le premier des musées d’histoire du protestantisme en France.
Il s’est tout récemment agrandi avec l’ouverture de quatre salles majeures abordant successivement la naissance de la Réforme protestante (1517), les guerres de religion (1562-1598), l’édit de Nantes (1598) et sa révocation (1685). Puis, dans le cadre de la maison natale du chef camisard Rolland (1680-1704), et de ses dépendances, le musée présente un ensemble unique de tableaux, d’objets et de documents évoquant le temps du "Désert" : la clandestinité et la résistance des protestants français, dont la religion a été interdite pendant plus d’un siècle (1685-1789).

Le musée est ouvert tous les jours du 1er juin au 30 septembre 2022 : de 9h30 à 18h30.

Visitez des expositions temporaires

PROGRAMME

Revivez l’atmosphère d’une assemblée interdite

date à définir : Assemblée nocturne au Mas Soubeyran.
Culte vers 21h30, à la tombée du jour, dans l’atmosphère des assemblées clandestines, de nuit, au temps du "Désert", avec l’ensemble des communautés protestantes du secteur.

Les mercredis du Musée

Les mercredis du Musée se déroulent en extérieur et en accès libre.

Dates et thèmes des conférences à venir.

L’Assemblée du Désert

Dimanche 04 septembre : Assemblée du Désert 2022 :
Commémorer la Saint-Barthélemy ?

Le massacre de la Saint-Barthélemy fait partie de la mémoire collective des Français, consensuellement réprobatrice. Symbole d’un sommet de violences sanglantes contre des civils, au temps des guerres de religion entre catholiques et protestants, la Saint-Barthélemy désigne un événement qui bouleversa la minorité protestante, le 24 août 1572 : après Gaspard de Coligny, amiral de France, le premier visé, au moins 3 000 protestants furent assassinés à Paris, en pleine paix, et à la suite, des milliers d’autres à Troyes, Orléans, Lyon, Rouen, Toulouse, Bordeaux … Ces tueries allaient relancer la révolte des huguenots. La paix provisoirement revenue, en 1573, défense fut faite à tous, au nom du roi, d’en rappeler la mémoire. Peine perdue.

Faut-il pour autant commémorer la Saint-Barthélemy après quatre-cent-cinquante ans ?
Commémorer n’est pas célébrer, s’auto-célébrer, mais travailler la mémoire et l’histoire. Cette histoire - avec sa charge passionnelle - intéresse toujours les historiens, même ceux du temps présent. Le massacre de la Saint-Barthélemy résonne encore.
Pour les protestants français, l’empathie avec les victimes du massacre s’en mêle et tant mieux si elle redouble l’intérêt pour cette histoire. C’est à l’histoire, à ses résonances aujourd’hui, voire à des leçons pour aujourd’hui, que s’attachera l’assemblée du Désert 2022.

Le culte à 10h30 sera présidé par le pasteur Christian Baccuet, de l’Eglise protestante unie (Paris, Pentemont-Luxembourg).
L’après-midi, on entendra les allocutions historiques des professeurs Olivier Millet (Sorbonne Université), et de Olivier Abel (Faculté de théologie de Montpellier).
Le message final sera donné par Ingrid Prat, pasteure de l’Eglise protestante unie (Gardon et Vidourle). tous les détails sur l’Assemblée