Musée du Désert

Accueil > L’assemblée > Les Editions Précédentes > Edition 2010

Les Editions précédentes

Edition 2010

Le Thème : Antoine Court, le “passeur” du Désert

Il y a 250 ans, mourait à Lausanne Antoine Court (1695-1760), le pasteur du Désert qui fut aussi le “passeur du Désert”, assurant le passage d’une nouvelle génération née dans la France “toute catholique”, sous le régime de révocation de l’édit de Nantes, et faisant communiquer le monde du Désert et celui de l’Europe protestante des Lumières.

C’est lui qui, jeune prédicant, prit conscience dès 1715 de l’impasse des violences camisardes et des désordres prophétiques, et entreprit un programme audacieux de refondation des Eglises détruites. Sa stratégie était celle d’une résistance non-violente, dans l’ordre : maintenir coûte que coûte les assemblées, illégales donc pourchassées par les autorités, suspectes aux notables et aux pasteurs du Refuge, et simultanément déclarer la rupture avec les pratiques de crise des protestants des provinces méridionales ; désenclaver les noyaux résistants en les reliant à la tradition doctrinale et disciplinaire des Eglises réformées, en même temps qu’aux pays du Refuge. Réfugié lui-même en Suisse à partir de 1729, et jusqu’à sa mort, il a été à distance l’organisateur du Séminaire de Lausanne pour la formation des nouveaux pasteurs et le coordonnateur des Eglises réformées renaissantes. Au coeur d’un réseau protestant international, Court a été tout au long de quatre décennies le soutien des “Eglises sous la Croix”, la mémoire des persécutés, le porte parole du Désert, réinterprétant le thème de la liberté de conscience porté par les camisards, et celui de tolérance, dans le langage neuf des Lumières.

L’assemblée du Désert 2010 s’attachera à cette page d’histoire, qui peut faire résonner aujourd’hui des inquiétudes bien contemporaines des chrétiens en général dans l’Europe sécularisée, et des protestants en particulier, à propos du passage de génération et de la transmission. Elle fera résonner en contrepoint ce verset du prophète Esaïe qu’aimait citer Antoine Court : “Sur tes murailles, Jérusalem, j’ai placé des veilleurs. Ils ne devront jamais se taire ni le jour ni la nuit” (Es. 62, 6).

Le culte du matin, à 10h30, sera présidé par Vincent Schmid, pasteur de l’Eglise protestante de Genève.

L’après-midi, on entendra les allocutions de Philippe Joutard, historien, ancien recteur, et de Hubert Bost, directeur d’études à l’EPHE. Le message final sera donné par Sophie Zentz-Amédro, pasteur de l’Eglise réformée Gardon-Vidourle.

La prédication

Prédication du pasteur Vincent Schmid pasteur de l’Eglise protestante de Genève

Les allocutions

Philippe Joutard, historien, ancien recteur.

Hubert Bost, directeur d’études à l’EPHE.

Le message final

Sophie Zentz-Amédro, présidente du Conseil régional de l’Eglise réformée Cévennes Languedoc Roussillon.

Cliquez sur le lien correspondant au texte que vous souhaitez lire.

Si votre navigateur n’arrive pas à afficher les textes, téléchargez gratuitement le logiciel Adobe reader en cliquant ici