Musée du DésertLe MuséeL’HistoireL’assembléeInfo PratiquesActualitésBoutiqueLiens
ok

Le Mas Soubeyran
30140 MIALET

___

Ouverture :

Tous les jours du 1er mars au 30 nov.
de 9h30 à 12h00
et de 14h00 à 18h00

en juillet-août, tous les jours
de 9h30 à 18h30

___

tél +33 (0)4 66 85 02 72

email

musee@museedudesert.com

Edition 2005
Thème 2005 : Protestantisme français et laïcité : une construction réciproque.

L’année 2005 marque le centenaire de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat, loi qui définit aujourd’hui encore le cadre de la laïcité en France. La loi votée en décembre 1905 rompait avec un siècle de régime "concordataire", en instaurant le désengagement de la puissance publique à l’égard des cultes, tout en garantissant la liberté de conscience et de culte. Dans la genèse de cette loi de 1905 et plus généralement dans l’élaboration de la " laïcité à la française " sous la IIIème République, les protestants français ont tenu une place décisive. Leur position tenait en grande partie à leur histoire de minorité religieuse persécutée. Elle s’est aussi autorisée du sens de la Réforme de Luther, comme revendication de la liberté de conscience et reconnaissance de l’autonomie du monde séculier.

C’est à la loi de Séparation, ou plus exactement à la perspective de la Séparation, que la Fédération protestante de France doit sa naissance, en octobre 1905 : il s’agissait de rassembler le protestantisme français, divisé par l’histoire (Eglises réformées évangéliques, libérales, libres, luthériennes, méthodistes), afin de mieux défendre les "libertés nécessaires à l’exercice du culte protestant".

Le projet du Musée du Désert, lancé dès 1910, se situait dans cette double perspective de 1905, en liant fortement la thématique du "Désert" à celle de la liberté de conscience, comme valeur commune de tous les protestants, par delà la diversité des Eglises.

Autant de motifs pour commémorer le centenaire de 1905 au Désert. Et pour nous laisser interpeller par la contestation de Jésus : "Mon règne n’est pas de ce monde" (Marc 12, 17), distinction radicale des "deux règnes", interprétée cependant trop souvent dans un sens dévalorisant pour l’Etat. A vrai dire, c’est peut-être l’attitude des gouverneurs romains du premier siècle, confrontés aux premières communautés chrétiennes en rivalité avec les communautés juives, qui exprime le mieux le modèle d’une séparation des Eglises et de l’Etat. Ainsi ces propos de Gallion, le proconsul de l’Achaïe, auquel les juifs hostiles à Paul réclamaient d’intervenir : "S’il s’agissait d’un crime ou d’une faute grave, je prendrais naturellement le temps de vous écouter… Mais puisqu’il s’agit de discussions sur des mots, sur des noms et sur votre propre loi, c’est à vous de vous en occuper. Je refuse d’être juge de telles affaires !" (Act. 18, 14-15).

Le culte du matin, à 10 h 45, sera présidé par Jean-François BREYNE, pasteur de l’Eglise réformée de Nîmes. L’après-midi on entendra les allocutions de Gabrielle CADIER, maître de conférences à l’Université Paris IV, et de Jean BAUBEROT, directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes Etudes. Le message final sera donné par le pasteur Jean-Arnold de CLERMONT, Président de la Fédération protestante de France.

La Prédication

Prédication de Jean-François Breyne, Pasteur de l’Eglise Réformée de Nîmes.

Prédication autour de Jean 18, du 4 septembre 2005.

- Lire la Prédication

Les Allocutions

1. Gabrielle Cadier - Maître de conférences à l’Université Paris IV (Lire l’allocution)

2. Jean Bauberot - Directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes Etudes (Lire l’allocution)

3. Jean-Arnold de Clermont - Président de la Fédération protestante de France (Lire l’allocution)

 
 
Accueil du site | Contacts | Plan du site | Crédits | Association des Amitiés du Désert